l'accessibilité est bénéfique à tous

30 juin 2021

Accessibility as a SERVICE for all

L’accessibilité, un SERVICE pour tous!

« Accessibility as a SERVICE for all » ou « l’accessibilité, à considérer comme un SERVICE pour tous » est un concept qui nous permet de rappeler les multiples intérêts de l’accessibilité sur base d’un simple mot, qui a toute sa signification: SERVICE.
Grâce à cet acronyme, nous vous proposons de décliner une série de 7 arguments qui démontrent que l’accessibilité est bénéfique pour tous:

En insistant sur « for all » (pour tous) nous rappelons que l’accessibilité est utile à l’usager (visiteur, passager, consommateur, …)
ET au fournisseur (gérant d’un bâtiment, entreprise de transport, commerçant, …).

Le fournisseur, en rendant son service accessible, en améliore la qualité pour TOUS les usagers.
Avec ce SERVICE plus peformant et disponible à plus d’utilisateurs, il se rend SERVICE à lui-même!

Notre société, tout comme les entreprises publiques ou privées, a tout intérêt à être accessible à tous.
Nous vous expliquons pourquoi:

S: Sécurité

L’accessibilité est primordiale pour garantir la sécurité de tous.
Si l’environnement est accessible, il est sécurisé pour tous et davantage de personnes osent sortir de chez elles, utiliser les transports, se rendre dans l’espace public, …

L’accessibilité c’est permettre aux gens d’entrer, circuler, utiliser mais c’est aussi prévoir la possibilité d’évacuer tout le monde dans le cas d’une situation d’urgence, en toute sécurité.

Quelques exemples:

Un chantier avec un cheminement de contournement accessible pour tous, les trous sont couverts ou sécurisés par des barrières.

Installer à un carrefour des dalles podotactiles correctement.
Ces dalles sont utiles pour les personnes déficientes visuelles afin de les guider correctement et les avertir du danger. Mal positionnées elles pourraient pousser ces personnes vers le danger, à côté du passage piéton ou en plein milieu du carrefour!

Une personne (enfant, personne âgée, aveugle, distraite, …) trébuche et tombe à cause de la lacune (c’est l’espace entre les quais et le tram, le métro ou le train).
C’est un problème pour l’accessibilité mais c’est aussi un danger pour tous.
Un embarquemet de plain-pied rend les transports accessibles et sûrs pour tous.

Descendre les escaliers avec une personne en chaise roulante lors d’une évacuation urgente.
En cas d’incendie par exemple, l’accès aux ascenseurs est souvent bloqué.
Sans alternatives sécurisées (sortie accessible, local refuge, autre sortie avec ascenseur, …), l’évacuation est dangereuse ou impossible.

E: Économie

L’aspect financier est souvent perçu comme une contrainte et le coût soi-disant prohibitif justifierait pour certains le manque d’accessibilité.

Premièrement, on fait de considérables économies lorsqu’on pense à l’accessibilité dès le début d’un projet, dès la construction d’un bâtiment ou lors de l’achat du matériel roulant en ce qui concerne les transports. L’accessibilité ne coûte pas (beaucoup) plus cher si on l’intègre tout de suite.
Par contre, la rectification a posteriori peut s’avérer bien plus coûteuse.

Deuxièmement, on n’exploite pas suffisamment l’argument financier de manière positive car on oublie que l’accessibilité permet un retour sur investissement.
Garantir un accès pour tous, c’est augmenter d’un tiers les utilisateurs potentiels, clients et consommateurs.

Les PMR (Personnes à Mobilité Réduite) représentent un tiers de la population belge, et oui, elles ont aussi un portefeuille!
Les personnes qui auront accès aux services, aux transports, aux bâtiments mais aussi au marché de l’emploi sont des consommateurs, des clients et aussi des contribuables.
La société et les entreprises auraient tort de se priver de ces rentrées financières.

L’enseignement accessible à tous, au-delà de l’inclusion dans notre système éducatif, devrait permettre à chacun de trouver un emploi, de recevoir un salaire et donc d’être plus indépendant de certaines allocations, ce qui est un gain financier pour l’état.

Une autre manière de percevoir cet argument économique est de le lire au travers de la santé.
Lorsque des personnes n’ont pas accès à la société, elles bougent moins ou plus du tout.
On sait bien que la sédentarité est délétère pour la santé et que cela a un coût non négligeable pour la communauté.
En outre l’accessibilité est un prérequis fondamental pour accéder aux soins de santé.
Tout comme l’accès aux infrastructures sportives pour tous permet de rester en forme.

Quelques exemples:

Des transports accessibles seront utilisés par des passagers représentant une tranche plus large de la population et augmenteront le nombre d’utilisateurs.

Acheter ou construire un logement adaptable permet de rester chez soi plus longtemps et, au besoin, de l’adapter plus facilement à sa réduction de mobilité.

Si un restaurant n’est pas accessible à une personne en chaise roulante, celui-ci perd une potentielle cliente mais également tout son entourage qui n’envisagerait pas de consommer sans elle (fête de famille, anniversaire, …)
Certains parcs d’attraction l’ont bien compris, se rendre accessible leur permet par exemple d’accueillir les grands-parents qui y emmènent leurs petits-enfants. Cela élargit considérablement le nombre potentiel de consommateurs.

Certaines entreprises de transports en commun qui n’ont pas suffisamment investi dans l’accessibilité se voient contraintes de proposer une offre parallèle au transport classique, via des taxis adaptés par exemple.
Or le coût unitaire de ces courses en taxi (payé par l’entreprise en compensation d’un réseau inaccessible) dépasse largement le coût qu’elles représenteraient si elles avaient pu s’effectuer dans un réseau de transports accessibles à tous.

R: Responsabilité dans le Respect de la Réglementation

Des lois et des réglementations existent et rendent l’accessibilité obligatoire (comme la Convention ONU sur le droits des personnes handicapées, la loi anti-discrimination, les directives européennes, le RRU (Réglement Régional d’Urbanisme) pour n’en citer que quelques-uns).

Il en va de la responsabilité de chacun de s’assurer du respect de ces réglementations.
Anticiper l’évolution de ces dernières, sans s’arrêter aux normes minimales, c’est aussi se prémunir contre des travaux ou des modifications plus coûteuses par la suite.
Car au-delà de son application pure et dure, il faut respecter la loi dans son utilité. Ne pas la comprendre, c’est mal l’appliquer.

Il existe des formations, sensibilisations et mises en situation afin de comprendre et appliquer correctement les réglementations.

Quelques exemples:

En Belgique, les normes minimales pour un plan incliné ou pour une place de stationnement pour personne handicapée peuvent varier en fonction des régions. Appliquer la norme la plus stricte assure l’utilité de l’aménagement pour tous et anticipe sur l’harmonisation future de ces normes.

Beaucoup trop de chantiers sont réceptionnés avec des malfaçons en termes d’accessibilité et malgré tout acceptés par certaines administrations. Lorsqu’il y a réclamation après acceptation du chantier, c’est l’administration qui devient responsable des modifications pour respecter la loi et c’est le contribuable qui devra payer, une deuxième fois.

Les dalles podotactiles pour les personnes déficientes visuelles sont indispensables. Malgré le fait qu’on les prévoie en voirie, elles sont trop souvent mal placées.

Comprendre l’utilité de ces dalles encouragerait les ouvriers à respecter la réglementation qui les impose et à les placer correctement.

V: Vitesse commerciale

Cet argument concerne particulièrement les entreprises de transport.
Elles accordent une grande importance à la vitesse commerciale, reflet de leur efficacité et garante de leur ponctualité.
Or elle peut être impactée négativement lorsque l’échange voyageur se passe trop lentement.

Un moyen de transport (Train, Métro, Tram, Bus, …) qui passe trop de temps à l’arrêt à cause d’un embarquement-débarquement de voyageurs rendu difficile diminue la vitesse commerciale.
Cela fait baisser la rentabilité de ce transport, sa ponctualité et donc son efficacité.

Quelques exemples:

Avec des transports de plain-pied (sans lacune), les PMR embarquent et débarquent aussi vite que n’importe quel autre voyageur. C’est donc un gain de temps pour tout le monde (les PMR, les autres voyageurs et la société de transport).

Offrir un transport aux usagers en toute autonomie. Car lorsqu’une équipe d’assistance est nécessaire au déploiement d’une rampe d’accès pour personne en chaise roulante afin de combler la lacune, cela peut augmenter le temps d’embarquement des passagers (surtout si l’équipement est difficilement manipulable par le personnel).

Un voyageur tombe à cause de la lacune, cet espace entre les quais et le matériel roulant. Outre l’aspect de la sécurité, la conséquence est de retarder ou empêcher le départ du transport.

Lorsqu’une personne âgée prend plus de temps parce qu’elle doit gravir les marches d’un wagon afin d’embarquer à bord d’un train, cela affecte la vitesse commerciale.

I: Inclusion

L’accessibilité bénéficie à tous, il n’y a pas besoin d’être en situation de handicap. Sachant que nous passons par un état de mobilité réduite à la naissance, que nous sommes susceptibles de passer à un état de mobilité réduite au cours de notre vie (de manière permanente ou provisoire) et que nous risquons tous de perdre notre mobilité en vieillissant, l’accessibilité nous concerne tous! Ne pas être accessible, c’est exclure une partie de notre société.

Certains aménagements ne garantissent pas l’autonomie des personnes.
Il faut penser « design for all » et ne pas rendre la personne dépendante.

On a parfois tendance à perpétuer ce cercle vicieux: les choses ne sont pas accessibles, donc les PMR ne sortent pas alors on ne les voit pas. Comme on ne voit pas les PMR, on ne voit pas l’intérêt d’accessibiliser les choses, etc…
Il faut sortir de ce cercle vicieux et choisir d’entrer dans un cercle vertueux inclusif. Plus on accessibilise, plus les PMR sortiront et seront représentées de manière inclusive dans notre société.

L'accessibilité pour tous, nous avons tous à y gagner
L’accessibilité pour tous, nous avons tous à y gagner

Quelques exemples:

Pouvoir voyager en autonomie, seul ou accompagné de qui on veut, et ne pas devoir réserver à l’avance une assistance à une entreprise de transport.
Car devoir prévoir une assistance rend les déplacements compliqués ne laisse aucune place à l’imprévu et anéantit toute liberté d’action.

Pouvoir entrer dans un bâtiment par la même entrée accessible à tous, sans devoir passer par un cheminement différent.

Dans un cinéma, prévoir un emplacement pour PMR à l’écart des autres sièges, à 2 mètres de l’écran, ne permet pas à une personne de profiter pleinement d’une séance en compagnie de ceux qui l’accompagnent.

Ne pas pouvoir aller au musée avec ses enfants parce qu’il n’y a que des marches et qu’un de ses enfants est dans une poussette.

C: Confort

L’accessibilité est sine qua non pour les 10-15% de personnes handicapées que compte la population.
Rappelons que 80% des handicaps surviennent en cours de vie, un handicap peut arriver à n’importe qui.
L’accessibilité est aussi nécessaire pour les 30-38% de la population qui sont PMR.
Enfin, l’accessibilité est confortable pour 100% de la population.

Un revêtement plane et régulier, des traversées piétonnes sans marches, une entrée de plain-pied sont indispensables pour Marie qui se déplace en chaise roulante, sont nécessaires à Nico qui pousse son enfant en landau et sont bien plus confortables pour le livreur qui transporte des colis sur un charriot.

Si l’accessibilité peut être sine qua non pour un certain public, elle sera toujours considérée comme confortable pour la totalité de la population.
Appliquer le « Design for all » n’est pas une contrainte mais bien une opportunité pour améliorer le confort de tous.

Quelques exemples:

Un ascenseur est indispensable pour une personne en chaise roulante, il est aussi très confortable pour celui qui n’a pas envie de monter les escaliers.

Une communication écrite (pour la personne déficiente auditive) facilement compréhensible à l’aide de pictogrammes (pour la personne avec difficulté de compréhension) ET orale (pour la personne déficiente visuelle) est incontournable pour que les personnes en situation de handicap sensoriel ou cognitif puissent recevoir l’information mais elle est aussi très confortable pour celui qui perçoit tous les canaux (rappel de l’information) ou le touriste qui ne parle pas ou ne lit pas la langue.

Imaginez un touriste néo-zélandais cherchant la gare, il ne la trouvera pas facilement si elle est seulement indiquée par un écriteau « NMBS » (au lieu d’un pictogramme simplifié de locomotive compréhensible par tous).

E: Écologie

Notre monde évolue et l’attention pour la préservation de notre planète prend de plus en plus d’ampleur.
Seulement, si nous voulons que nos efforts pour le climat soient efficaces, notamment en matière de mobilité écologique il faut que tout le monde puisse participer.

Le fait que certaines PMR n’ont pas accès aux transports en commun les poussent à utiliser la voiture.
Rendre les transports alternatifs à la voiture accessibles à tous, c’est se doter d’une possibilité de participation beaucoup plus grande aux efforts pour le climat.

Enfin, construire inaccessible pour démolir ensuite et reconstruire accessible, coûte non seulement financièrement mais coûte également en énergie et matériaux, et par conséquent pollue la planète.

Quelques exemples:

Une personne qui utilisait les transports en commun mais qui lui sont devenus inaccessibles suite à un accident ou une maladie, s’achètera une voiture pour se déplacer (si elle en a les moyens).

Une famille qui est composée d’une personne qui n’a pas accès (ou très difficilement) aux transports publics a plus tendance à posséder un véhicule. La consommation de la mobilité de tous les membres de la famille est donc impactée, pas uniquement celle de la personne qui n’a pas d’accès à ces transports.

Le risque de s’habituer à ce confort pour de jeunes parents est grand. Si ils étaient utilisateurs des transports en commun, et qu’il n’est plus possible pendant quelques années de les utiliser avec un landau, ils passeront peut-être à la voiture.
Si les finances le permettent, ce passage de l’un à l’autre est facile dans un sens mais le retour à des modes de transport plus écologiques (lorsque le manque d’accessibilité ne sera plus un facteur, quand les enfants grandissent par exemple) ne sera peut-être pas aussi évident.

Nos news récentes

Handycab, des taxis PMR à 15€ la course en Juillet!

Handycab, des taxis PMR à 15€ la course en Juillet!

Action "compteurs bloqués" à 15€ Pendant ce mois de juillet, notre association "Passe le Message à ton Voisin" et "Autonomia" s'associe à Handycab pour vous proposer des trajets en taxi PMR au coût...

Vers le tram accessible

Vers le tram accessible

Inauguration d'une révolution Ce 9 juin, le président du CAWaB, la Ministre de la Mobilité et le CEO de la STIB ont inauguré le nouveau dispositif de comble lacune pour faciliter l'accès aux trams....

Nos activités « baptêmes de l’air »

Nos activités « baptêmes de l’air »

Pourquoi proposons-nous des baptêmes de l'air? Depuis plusieurs années, l'équipe de "Passe le Message à ton Voisin" propose des baptêmes de l'air aux personnes handicapées (vous pouvez visionner...

Shares
Share This